"Dans Jésus nous trouvons tout"

CONGRÉGATION DES SACRÉS CŒURS
de JÉSUS et de MARIE
Gouvernements généraux des Frères et Soeurs, Rome

ESPAÑOL | ENGLISH | FRANÇAIS

Home / Nouvelles / Entretien avec Rufino Valeriano Huahasoncco sscc, de la Province Andine

Entretien avec Rufino Valeriano Huahasoncco sscc, de la Province Andine

« Les sœurs travaillant en paroisse ont pratiqué l’Église en sortie »

 

Raconte-nous  comment est la présente de la Congrégation à Huaripampa ?

La Congrégation est présente à Huaripampa depuis février 2012. Les frères qui sont commencé : Pedro Vidarte sscc comme Curé, Hermann Wendling sscc comme Supérieur de la Communauté et les frères Wilber Onofre, Franklin Astorga et Isaac Moreno, colombien.

C’est en 2015 que j’assume la charge du Curé. Pour moi, ce fut un grand apprentissage. Nous nous sommes dédiés à la formation des animateurs. Pour atteindre cet objectif, nous travaillons à partir des enfants : avec les groupes de Warma Kuyay, des enfants de Chœur, de la catéchèse des enfants pour la première communion et l’enfance missionnaire. Ces dernières années, nous y avons associé les pré-adolescents avec leur groupe qui s’appelle Urpi Willay, la confirmation et la Pastorale des jeunes. Pour renforcer ces groupes, nous avons fait appel à la Congrégation en y insérant le Ministère paroissial des « Damianitos » (« Petits Damien »). Ceci dans deux axes : assistance psychologique et légale, qu’aident les familles de ces groupes et de toutes les familles de la paroisse et ses environs.

Dans la Paroisse, le groupe du troisième âge est important, pour eux nous avons constitué l’équipe de la Caritas paroissiale « Bienheureux P. Eustàquio » qui accueille autour de 110 anciens dans une extrême nécessité. Lors des fêtes, nous recevons d’articles de première nécessité pour les partager aux personnes âgées. Celles-ci ont de célébrations, réunions et parfois d’excursion. Une fois par mois, nous accueillons un de leurs groupes à notre table pour le déjeuner.

Quelles sont les caractéristiques d’une communauté SSCC qui sert sur le Haut plateau Andin ?

Les traits caractéristiques de la Congrégation à Huaripamba sont la simplicité et l’humilité, l’esprit de famille, la proximité avec les frères de la paroisse, le souci des nécessiteux et l’attention aux problèmes des paroissiens. Sensible à la souffrance humaine, aux défis de la santé, de l’économie et de l’éducation. En plus, nous mettons le sceau de la Congrégation (esprit de famille, proximité) en appuyant l’évangélisation par les moyens économiques, les véhicules, les matériels et le personnel de la Congrégation. Et cela de différentes nationalités, régions et âges qui se complémentent.

Tu es Curé de Saint Michel Archange. Quels sont les défis de cette communauté paroissiale ?

Je suis Curé depuis janvier 2015. Les défis sont de créer une conscience et de voir l’importance de la formation chrétienne et humaine, formation des communautés, l’élaboration des plans pastoraux articulés sur la diversité des peuples avec différentes coutumes, les fêtes populaires qui se célèbrent tout au long de l’année, tout en étant conscients du problème de transport pour réaliser les réunions. De coordonner avec les deux paroisses dirigées par la communauté des sœurs, faire comprendre que les célébrations sacramentelles sont communautaires, la formation n’est pas seulement sacramental, etc.

En quoi consiste le “Ministère paroissial” des droits?

Le Ministère paroissial des “Damianitos” est lié au Ministère de la femme et de la population vulnérable de l’État Péruvien. C’est un projet de prévention. Dans l’axe psychologique, l’objectif d’offrir à la communauté d’espaces qui favorisent la prévention et l’attention aux problèmes psychologiques, aussi bien que la protection et promotion de droits des enfants et des adolescents, en donnant priorité au bien-être émotionnel, personnel et social des bénéficiaires afin d’améliorer leur qualité de vie et leur santé mentale. Dans l’axe légal, nous nous occupons de problème de pension alimentaire, de la violence familiale, de l’accompagnement aux procès judiciaires, assistance légale dans le problème de propriété et de régime de visite, la tutelle des mineurs, etc.

En fait, dans le thème de prévention, il y a les deux axes qui nous avons mentionné ci-haut, l’accompagnement du groupe et individuel aux Institutions éducatives primaires et secondaires de la juridiction paroissiale, dans les centres de santé et DEMUNAS (Ministère municipal de l’enfant et adolescent) des municipalités, entre autres.

Les religieux SSCC vous collaborez aussi avec deux communautés de religieuses en charge de paroisses. Quelle est ton appréciation de ce ministère ?

Mon appréciation est qu’avec les Congrégations des Filles de la Marie, Reine et les Filles missionnaires du Sacré Cœur, nous avons une collaboration mutuelle et une constante coordination. Elles mettent leur aspect maternel dans le travail pastoral et organisent la paroisse : nous aide à être moins clérical et nous fassent comprendre que l’Église a besoin des sœurs, des jeunes et que nous sommes tous importants dans la Vigne du Seigneur. Elles sont proches de leurs communautés et mettent en pratique l’église en sortie. Elles dédient leur temps dans les écoles qui sont dans leur juridiction paroissiale, elles y sont enseignantes. Nous avons une très bonne relation entre les trois paroisses. Malgré le dernier document de Rome sur le renouveau missionnaires des paroisses, nous les traitons comme de responsables des paroisses.

En étant à Huaripampa, comme penses-tu appliquer la conversion pastorale y missionnaire que nous lancent le Pape François et notre dernier Chapitre Général?

On entend par rénovation, une manière différente d’évangéliser, où doit être nécessairement en premier lieu l’Esprit Saint, ou mieux la spiritualité. Pas d’erreur en cela. On ne peut pas parler de rénovation, puisque sa source est toujours là, à la Paroisse, à savoir le Maître, notre Seigneur Jésus.

Certainement, c’est un travail difficile. Ça commence avec la même personne plusieurs fois. Le terrain est aride. On se sent parfois découragé mais nous avons appris à rendre fort les jeunes et les leaders. C’est très important. C’est vrai que nous ne sommes pas des Superman. Si nous impliquons toute la force vive de la Paroisse, peu à peu se changera la manière de penser des familles et de groupes. Qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas seulement pour célébrer les sacrements mais aussi pour aider leur vie spirituelle et matérielle dans la croissance humaine des personnes que nous accompagnons.

Jusqu’à maintenant, nous avons construit une communauté avec une certaine structure, par exemple d’essayer d’impliquer les enfants dès l’âge de 4 à 6 jusqu’aux personnes âgées. C’est la pandémie qui nous a bouleversé nos plans. Pendant ce temps, nous sommes dans un plan virtuel, évangéliser par le moyen virtuel, qui est aussi un grand défi pour les pasteurs et pour les paroissiens en ce qui touche l’internet ; mais nous sommes en train d’apprendre et de nous préparer pour utiliser efficacement cette méthode d’évangélisation.

Pour finir, il s’est créé récemment la Conférence Ecclésiale de l’Amazonie. Quel impact peut avoir cet organisme dans les communautés chrétiennes de la région ?

En premier lieu, notre Cardinal, Pedro Ricardo Barreto Jimeno sj, est un fin connaisseur de ces thèmes d’Amazonie. L’Église en Amazonie nous affecte, nous qui vivions dans la montagne. Le soin et le respect de la forêt est importante puisque notre vie dépend des arbres, des rivières et de la biodiversité, ainsi que leurs habitants.

C’est une dénonciation pour la justice, par la voix de l’Église, contre l’égoïsme et la puissance des grandes entreprises dont la finalité est seulement de tirer toutes les ressources afin de remplir leurs banques et de satisfaire leur obsession de s’enrichir.

L’Archidiocèse de Huancayo a une partie de la forêt amazonienne, où s’applique ledit document. Et aussi dans toute l’Église archidiocésaine puisque nous devons prendre soin de la terre, de nos rivières et spécialement de nos gens.

Merci beaucoup pour l’interview. J’espère avoir apporté quelque chose.


 

11/10/2020