"Dans Jésus nous trouvons tout"

CONGRÉGATION DES SACRÉS CŒURS
de JÉSUS et de MARIE
Gouvernements généraux des Frères et Soeurs, Rome

ESPAÑOL | ENGLISH | FRANÇAIS

Home / Nouvelles / Interview avec Ingrid Rocuts, Rectrice de l'école Saint Damien SSCC, Bogotá (Colombie)

Interview avec Ingrid Rocuts, Rectrice de l'école Saint Damien SSCC, Bogotá (Colombie)

 

« Nos enseignants sont très créatifs
et trouvent toujours un moyen de résoudre
les difficultés qui se présentent » 

 

Ingrid Rocuts a rejoint l’école Saint Damien SSCC en tant qu'enseignante en 2002). Elle est Rectrice depuis 2019. Elle est diplômée en tant que formatrice d'enseignants (baccalauréat pédagogique), avec un diplôme en éducation préscolaire et un master en éducation de qualité.

Ingrid, dis-nous à quoi ressemble l’école Saint Damien SSCC.

L’école Saint Damien SSCC est une belle école. Elle y règne une atmosphère fraternelle de respect, de service et de travail d'équipe ; mais le plus important est que nous avons atteint un niveau élevé de cohérence : "nous disons ce que nous pensons et faisons ce que nous disons". Cela signifie que les bonnes intentions ne restent pas sur le papier, mais que nous les exécutons et que nous en profitons tous, car l'accent mis sur les valeurs est projeté dans notre vie quotidienne, l'exemple d'amour et de service de Saint Damien de Molokai, qui est présent dans toutes nos actions. Nous sommes heureux et nous travaillons pour que nos enfants et la communauté éducative le soient aussi. Nous sommes définitivement des Sacrés Cœurs !

Parles-nous des caractéristiques de la Congrégation que nous pouvons apprécier dans votre communauté éducative.

Le principal d'entre eux est sans aucun doute l'esprit de famille. Nous nous aimons, nous respectons et nous nous soutenons mutuellement à tout moment. Nous nous appuyons sur les forces des gens, pas sur leurs faiblesses. Lorsque nous faisons des erreurs, nous sommes capables de demander pardon et si nous devons faire une remarque, nous le faisons de manière fraternelle. Ainsi, tous les membres de la communauté éducative sont authentiques et nous nous exprimons sans crainte d'être montrés du doigt. Ici, nous trouvons toujours un sourire qui illumine notre journée.

C'est une mission partagée entre les laïcs et les religieux SSCC.

Oui, bien que l’école soit gérée par des laïcs depuis longtemps, les religieux jouent un rôle très important, surtout ces dernières années, car ce sont eux qui animent la pastorale, accompagnent et forment l'équipe de travail sous le charisme SSCC, écoutent la communauté éducative et, en tant que Congrégation, offrent un travail social très important à travers le travail de l’école Saint Damien SSCC, apportant une éducation holistique et transformatrice à de nombreuses familles de la région qui cherchent des opportunités de changement. Pour nous, la création de la Province andine était une très bonne idée. Nous nous sentons désormais plus accompagnés et soutenus, ce qui améliore nos résultats.

Pendant le confinement, tu as été confronté à de sérieux problèmes dans le fonctionnement du centre. Comment les as-tu résolus?

L'année dernière, au début de confinement, les principales difficultés auxquelles nous avons dû faire face étaient la peur, l'incertitude et la surcharge de travail, car nous étions connectés, accompagnant les enfants et leurs familles pendant plus de 12 heures par jour. Cependant, il y avait toujours de nouvelles idées et un sourire sur nos visages pour résoudre ce que le jour à jour a apporté.

Cette année, une nouvelle difficulté est apparue : la connectivité. Lorsque nous sommes revenus en présentiel avec certains de nos étudiants, et que les autres ont continué à étudier à domicile, les outils technologiques obsolètes et la mauvaise connexion internet ont rendu le travail difficile, car nous ne pouvions pas atteindre les étudiants virtuels et les choses n'ont donc pas fonctionné. Après avoir fait quelques investissements financiers, nous avons réussi à résoudre le problème de connectivité. Cependant, les ordinateurs sont toujours lents, mais les enseignants ont trouvé un moyen de travailler de manière synchrone, en utilisant leurs téléphones portables, en prenant des photos de ce qui est au tableau et en les téléchargeant sur la plateforme. En bref, ils sont très créatifs et trouvent toujours un moyen de résoudre les difficultés qui se présentent.

Le 39e Chapitre Général de la Congrégation demande : « Que nos écoles et nos activités éducatives soient vraiment des plateformes d'évangélisation aussi bien dans les sociétés sécularisées que dans celles où l'éducation est pratiquement la seule manière de sortir de la pauvreté ». Comment faire pour que cela devienne une réalité dans votre école ?

Dans notre école, il est partiellement réalisé, car nous formons des citoyens soucieux du service, sensibles, honnêtes, responsables, respectueux, engagés envers leur entourage et l'environnement. Comme je l'ai mentionné précédemment, nous avons atteint un haut degré de cohérence, ce qui signifie que nos enfants possèdent et démontrent plusieurs de ces caractéristiques. Ils ne sont pas l'avenir de notre pays, ils sont le présent et contribuent à la transformation, pour l'instant de leur environnement immédiat. Mais ce merveilleux travail tombe à l'eau car nous ne nous occupons que des enfants âgés de 4 à 11 ans aux niveaux préscolaire et primaire, et une fois ce cycle terminé, ils doivent trouver une autre institution pour poursuivre leur processus éducatif (baccalauréat). Cela nous produit une certaine frustration, car si nous étions capables d'éduquer et de fournir à la société des jeunes ayant ces caractéristiques, l'histoire de notre pays serait sans doute différente.

L'une des caractéristiques de votre personnel enseignant est qu'il est dynamique, créatif et proactif. Parles-nous de la sélection et de la formation continue du personnel enseignant.

Le processus de sélection est simple, nous partons de la bonne foi des personnes, nous ne demandons pas d'expérience, simplement la volonté et une attitude positive pour apprendre.

Il est essentiel que les personnes qui font partie de notre équipe de travail soient capables de gérer la résolution des conflits et sachent apporter des solutions aux problèmes.

La formation pédagogique se fait généralement entre nous par un travail coopératif. La formation pastorale vient presque toujours des religieux de la congrégation. Nous organisons périodiquement des journées d'auto-formation au cours desquelles chacun d'entre nous forme les autres dans les matières qu'il connaît le mieux. Cela nous permet d'être performants dans toutes les tâches qui nous sont confiées.

Entretenez-vous des relations avec les autres écoles de la Congrégation?

Oui, notamment avec la Vierge de Mirasierra en Espagne. Ils ont été pour nous des alliés importants et inconditionnels. Nous travaillons également en réseau avec l'école de Lima et avec La Concordia en Équateur. Ils ont proposé de très bonnes idées qui contribuent à l'amélioration de notre travail.

 

14/10/2021